La Mini guette une opportunité de départ

Douarnenez dans l'attente…

La direction de course de la Transat 6,50 Millésime 2013 a donc jeudi dernier décidé de reporter le départ vers Lanzarote aux Canaries initialement prévu à 13 heures dimanche dernier. La faute aux violents vents de secteur sud ouest qui balayaient alors la délicate zone de la pointe occidentale de l'Espagne, le cap Finisterre. Reste à présent à trouver une fenêtre météo propice à envoyer les 84 solitaires, dont un grand nombre ne sont pas des marins issus de la course au large, vers les Canaries. Or, en cette saison déjà avancée, les systèmes dépressionnaires s’alimentent sur le proche Atlantique à des latitudes relativement sud, maintenant le vent de secteur sud à sud-ouest dominant.

_DSF4128Une première étape tronçonnée?
Face à une telle situation, l’équipe d’organisation a pris le parti d’attendre la fenêtre favorable pour joindre Lanzarote, tout en étudiant l'idée de tronçonner la première étape en deux parcours. Un premier bord pourrait emmener les solitaires de Douarnenez à Gijon, seul port espagnol capable d’accueillir au débotté une flotte de 84 Minis. Grâce aux contacts établis avec la Barquera pendant le Grand Prix Guyader, les correspondants asturiens de Douarnenez Courses se mobilisent. De Gijon, les solitaires attendraient une nouvelle fenêtre météo pour franchir le cap Finisterre. Avantage de l’opération : en scindant le parcours, on réduit considérablement la taille de l’accalmie nécessaire pour s’ouvrir la route du sud. Mais aujourd’hui, aucune décision n’est encore prise, car cette solution pose nombre de problèmes de logistique. Prochain rendez-vous demain 18h.

A l'instar de ses 83 compagnons d'infortune, Stan prend son mal en patience à Douarnenez, heureux d'avoir pu en toute tranquillité profiter des ses proches, père, mère, frères et fiancée…

Les commentaires sont clos.